• Accueil

     

    Ibrahima Baye Niass, marabout Tijani, voit le jour le 15 du mois de rajab de l'année 1898 à Taïba Niassène (Sénégal).

    Fils d'un marabout, Abdoulaye Niasse, Ibrahima Baye Niasse est le troisième calife de la confrérie des Tidjanes.

    Parmi ses oeuvres, la création d'une école spirituelle qu'il baptise la Tarbiyya et la commémoration de la ville de Kaolack comme ville sainte des Tidjanes et lieu de pèlerinage.

    Ibrahima Baye Niass, 75 ans, meurt à Londres le 15 juillet 1975 avec 75 livres écrits et 75 fois pèlerinage et surtout beaucoup d'enfants.

    Accueil

  • WIRDOUL  WAZIFATI

    1 ! Je formule l’intention de faire mon WAZIFA 
    2 ! AHOUZOU BILLAAHI  MINACHAÏTAANIR  RADJIMI
    3 ! ALFAATIHA       (1  fois)
    4!
     ASTAKGHFIROU LAAHAL HAZIMAL LAZII  LAA-ILAAHA   ILAA HOUWAL  HAYOUL  QAYOUME        (30  fois)

    5 ! SALAATOUL  FAATIHI         (50  fois)
    ALLAHOUMMA SALLI HALAA SEYYIDINA MOUHAMMADINIL   FAATIHI   LIMAA   OUGHLIQA   WAL   KHAATIMI  LIMAA   SABAQA  NAASSIRIL  HAQQI BIL HAQQI WAL  HAADII  ILAA   SIRAATIKAL  MOUSTAQIIMI  WA ALA  AALIHII   HAQQA  QADRIHII  WAMIQAARIHIL HAZIIM .

    6 ! LAA- ILAAHA ILLA  LAAH (OU)        (100  fois)

    7 ! SEYYIDOUNAA MOUHAMMADOUNE RASSOULOUL -LAAH(I)  HALEYHI  SALAAMOUL  LAAH(I )  ( 01 fois )

    8 ! DIAWHARATOUL KAMAALI          (12  fois)     
    ALLAHOUMMA SALLI WA SALLIM HALAA HAÏNIR RAHMATIR RABBAANIYATI WAL YAAQOUTATIL MOUTAHAQIQATIL HAAITATI BIMARKAZIL FOUHOUMI WAL MAHAANI.
    WA NOURIL AKWANIL MOUTAKAWINATIL AADAMIYYI SAAHIBIL HAQQIR RABBAANI.
    AL BARQIL ASTAHI BIMOUZOUNIL ARBAAHIL MAALI-ATI LIKOULLI MOUTAHARRIDINE MINAL BOUHOURI WAL  AWAANII.
    WANOURIKAL LAMI-HIL LAZII MALAHTA BIHII KAWNAKAL HAA-ITA  BI-AMKINATIL MAKAANII.

    ALLAHOUMMA SALLI WASSALLIM HALAA HAÏNIL HAQQIL LATII TATADIALLAA MINE- HAA HOUROUCHOUL HAQAA-IQI HAÏNIL MAHAARIFIL AQWAMI SIRAATIKAT TAAMIL ASQAMI.

    ALLHOUMMA SALLI WASSALLIM HALAA TALHATIL HAQQI BIL HAQQI KANZIL AHZAMI IFAADATIKA MINKA ILAÏKA IHAATATIN NOURIL MOUTALSAMI SALLAL LAAHOU HALAÏHI WA HALAA AALIHII SALAATANE TOUHARRIFOUNAA BIHAA IYYAAHOU.
     
    9 !
     FERMETURE 
    INNA LAAHA WAMALAA-IKATAHOU YOUSSALLOUNA HALAN NABIYYI YAA-AYOUHAL LAZIINA AAMANOU SALLOU HALEYHI WASALLIMOU TASLIIMANE 
    SALLA LAAHOU HALEYHI WA HALAA AALIHII WASAHBIHII WASALLAMA TASLIIMANE
    SOUB-HAANA RABBIKA RABBIL IZZATI HAMMAA YAASSIFOUNA WASALAAMOUNE HALAL MOURSALIINA WAL HAMDOU LILLAAHI RABBIL AALA MIIN (A).


    Quelques règles concernant le wazifa (Par Sidy Aliou NIASS)

    Le Wazifa, contrairement à ce que beaucoup de gens pensent, fait partie des piliers de la tarîqa sur laquelle Cheikh Ahmed Tijane (que Dieu soit satisfait de lui) insistait beaucoup. Il disait en s’adressant à ses disciples si vous savaient vraiment les mérites du  wazifa, vous seriez prêts à tout sacrifier pour y assister.
    Il est interdit de l’accomplir individuellement s’il y a la possibilité de le faire en congrégation. Il est également autorisé de l’avancer en nuit après avoir fait le wird du matin. Sinon le disciple a toute latitude de s’en acquitter pendant les vingt heures.     
    Nous rappelons que tout disciple tidiane est tenu de s’acquitter de cette obligation de la tariqa. Selon certains clairvoyants de la tarîqa les secrets de cette dernière  se procurent en accomplissant avec assiduité le wazifa. Et nombreux sont les personnalités la tarîqa qui ont eu le privilège de voir le prophète (paix et salut soient sur lui) en songe durant le wazifa. 
    Les novices qui ne mémorisent pas encore le salâtul fatihi sont dispensés du wazifa.. 
    Mais s’ils ne mémorisent pas le jawharatul kamâl, ils peuvent le  substituer avec 20 salatul fatihi. La même règle s’applique sur ceux qui ne sont pas en ablution ; ils doivent, eux aussi, le remplacer avec 20 salâtul fâtihi.           


    votre commentaire
  •  

                                                                    DIAWHARATOUL KAMAL

     

    "Allahouma salli wa sallim ala ayni rahmati rabbaniyati wal yaqoutatil moutahaqikhati hâ-i tati bi markazil fouhoûmi wal ma’âni, wa nouril akwanil moutakawwinatil adiyi sahibil hakhi rabbani al barqil asta’i bi mouzounil arbâ’il mali’ati likoulli moutaharridine minal bouhouri wal awani wa noûrikal lâmi’il lezî mala’ta bihî kawnakal hâita bi amkinatil makani "
     
    Allahouma salli wa sallim ala aynil haqqi leti tatajalla minha houroushoul haqa’ikhi aynil maharifil akwani siratika tammil askami
     
    Allahouma salli wa sallim ala tal’hatil haqqi bil haqqi kanzil ahzami ifâdika mineka ileyka ikhatati nouril moutalsami salla lahou aleyhi wala alihi salatane touarifouna biha iyahou.

     

     

     

                                                          Traduction française
     
    « Ô mon Dieu, répands Tes grâces et accorde le salut à la source de la Miséricorde Divine (1) et au diamant étincelant versé indéfiniment dans la vérité (2). Celui qui est au centre de toutes formes de compréhensions et de significations.
    Il est la lumière des êtres en cours de formation humaine, il possède la Vérité Divine tel l’éclair immense traversant les nuages précurseurs de la pluie bienfaisante (3) des Miséricordes Divines, qui emplissent sur leur chemin aussi bien les grandes étendues d’eau que les petites (4). Il est Ta lumière brillante qui s’étend sur toute l’existence et l’englobe dans tous ses lieux (5).
     
    Ô mon Dieu, répands Tes grâces et accorde le salut à la source de la Vérité (6) qui est à l’origine des connaissances les plus justes (7), tel Ton sentier parfaitement droit (8) par lequel se manifestent les majestueuses Réalités.
     
    Ô mon Dieu, répands Tes grâces et accorde Ton salut à la manifestation de la Vérité par la Vérité (9), au trésor le plus sublime (10), au flux venant de Toi et retournant vers Toi (11), et à la quintessence des lumières dissimulées à toute connaissance (12). Que Dieu répande ses grâces sur lui et sur sa famille, grâces par lesquelles, Ô mon Dieu, Tu nous le feras connaître. »
     
                                       EXPLICATION DE LA PERLE
     
    1. La source de la Miséricorde Divine ('aïn rahmati rabbaniyati)
     
    Si on prend l'exemple d'une source d'irrigation dans laquelle se déverse le flux Divin, tous ceux à qui Allah a décrété le breuvage s'abreuvent de ce flux. En conséquence tu comprends la signification de la parole prophétique qui dit : « Je ne suis qu'un répartiteur et le véritable donateur est Allah. » Et la parole d'Allah qui dit : « Certainement nous t'avons envoyé comme miséricorde pour les mondes. » (Sourate 21, Verset 107)
     
    2. Le diamant étincelant versé indéfiniment dans la Vérité (al yaqoutati-l-moutahaqiqati)
     
    Comme il est une évidence que certains métaux en dépassent d'autres en valeur, le diamant est une pierre précieuse qui dépasse en estime toutes autres pierres non précieuses, les hommes se différencient les uns par rapport aux autres de la même sorte.
     
    Le cas du Prophète (PSL) est celui d'un serviteur créé qu'Allah a honoré et ennobli par des dons immenses. La connaissance de la mort est une science certaine, la vision d'un mourant est une vision avec l'il de la certitude et enfin la mort est la véritable certitude car nous réalisons son goût.
     
    Le prophète (PSL) est arrivé au summum de toutes connaissances et grâces. Il détient la science des premiers et des derniers par l'enseignement d'Allah. Ainsi sa science est au-delà de toute limite, car il possède l'essence de la compréhension et du savoir.
     
    Il est certainement la lumière de la Vérité par laquelle Allah dévoile les ténèbres qui obscurcissent les cœurs. Ce dévoilement se réalise par la lumière qu'il a révélée et par l'amour qu'on lui voue, car cela est une guérison pour les cœurs.
     La lumière de la Vérité désigne la Lumière Mohammedienne qui est à l'origine de toute la création elle est certainement parfaite et pure de toute souillure. A ce sujet on rapporte un hadith de Jaber t dans lequel il dit : « Ô messager d'Allah, informe-moi au sujet de la première chose qu'Allah a créé ? »
    Le Prophète (PSL) a répondu : « Ô Jaber, Allah a créé avant toute chose la lumière de ton Prophète de sa propre lumière. »
    A cause de l'esprit du Prophète (PSL), Dieu a honoré les esprits et à cause de son humanité, Dieu a honoré les hommes même s'il n'est qu'un serviteur créé.
     
    3. L'éclair immense traversant les nuages précurseurs de la pluie bienfaisante (al barqi-l-asta'i bi mouzouni-l-arbahi)
     
    C'est-à-dire, les nuages remplient de profit, accordant à chaque degré ce qu'il mérite en tant que dons.
     
    4. Emplissant sur leur chemin aussi bien les grandes étendues d'eau que les petites (al mali-ati li koulli mouta'aridin mina-l-bouhouri wa-l-awani)
     
    Les grandes étendues d'eau (al bouhouri) symbolisent les cours des grands Connaissants de Dieu. Les petites étendues d'eau (al awani) symbolisent les saints ainsi, la lumière Mohammedienne avec tout ce qu'elle contient en tant qu'eaux, secrets, flux, théophanies, savoirs et connaissances, irriguent les cœurs des grands Pôles, des Connaissants et des saints.
     
    5. Il est ta lumière brillante qui s'étend sur toute l'existence et l'englobe dans tous ces lieux (wa nourika-l-lami'i ladhi mala-ta kaounaka-l-haita ba amkinati-l-makani)
     
    Le prophète (PSL) transcende de loin tous les degrés des créatures. Ainsi il concrétise la servitude particulière puisqu'il a accès à la Présence de la Singularité (Al Hadratou Al Fardaniyati). Cette Présence lui permet la plus grande proximité avec son Seigneur. Ce privilège est réservé exclusivement à sa personne.
     
    6. Source de la Vérité ('aïni-l-Haqqi)
     
    Dieu ne déverse dans cette source que la Vérité pure de laquelle se ramifie les véracités. De cette source toutes les créatures tirent leurs breuvages ; Puis certainement le croyant exclut à son Seigneur tous ce qui ne lui est pas digne.         
     
    7. Origine des connaissances les plus justes ('aïni-l-ma’arifi al aqwam)
     
    La source de la rectitude la plus parfaite.
     
    8. Ton sentier parfaitement droit (siratika tammi-l-asqam)
     
    C'est-à-dire ton chemin parfaitement juste et dépourvu de toutes déviances. ASQAM appartient à un registre linguistique rare, SAQAMA. YASQOUMOU a le même schème et la même signification que 'ADALA ; YA'DILOU. Quand les arabes disent SAQAMTA , ils veulent dire que tu as adopté une attitude juste, cette expression est encore d'usage auprès des arabes du Maghreb. Cependant ASQAM ne découle pas des schèmes SAQIMA et SAQOUMA qui veulent dire « être souffrant » car certains se sont trompés en estimant que ASQAM provient de malade.
     
    Même si la maladie n'est guère une faiblesse pour les prophètes u Allah dit à propos de Jonas u :
    « Nous l'avons éprouvé dans la nudité et la maladie. »
     
    Et il est rapporté dans un hadith authentique du Sahih de Boukhari que le Prophète (PSL) a dit : « Certainement je souffre comme deux personnes parmi vous. » Ainsi il se révèle que sa grande maladie est une perfection.
     
    Ô mon Seigneur, prie sur celui dont tous les états sont excellences même la rudesse de la maladie car il y a en cela une leçon de courage pour ceux qui souffrent au sein de la communauté Mohammedienne.
     
    Pourtant ce n'est pas le sens escompté dans cette prière car AL ASQAM veut dire « le plus juste.»
     
    9. La manifestation de la Vérité (tal'ati-l-haqqi)
     
    Celui que Dieu a embelli par les qualités de la perfection tel que cela est concevable pour la création. Enfin Dieu est certainement son allié.
     
    10. Le trésor le plus sublime (al kanzi-l-a'dham)
     
    L'essence des secrets particuliers.
     
    11. Le flux venant de Toi et retournant à Toi (ifadatika minka ilaïka)
     
    Le Prophète (PSL) est créé pur de toute imperfection, ses agissements sont exclusivement en vue de son Seigneur, dans tous les états.        
     
    12. La quintessence des lumières dissimulées à toute connaissance (ihatati-l-nouri al moutalsam)
     
    Celui dont la station n'est connue que de Dieu seul, il détient les sciences des premiers et des derniers, il est certainement la créature qui craint le plus Allah : « Craignez Allah et Allah vous enseignera.» 
    MOUTALSAM : Ce mot trouve sa racine linguistique dans TARSAMA, tel qu’il est rapporté dans Lisan al 'Arab, et cela veut dire Cacher.
    Tarsama al tariqa : signifie cacher la voie.
    Tarsama a-rajlou : signifie l'homme a baissé sa tête.
    Quand au mot TALSAM il a le même sens.
    Al Moutalsam veut dire le caché, celui qui est arrivé à un degré très élevé et inaccessible, c'est pour cette raison que le Prophète (PSL) dans son excellence parfaite est dissimulé à la connaissance de la création.
     
     
                                               POINT A ECLAIRCIR
     
    Question :
     
    Est-il vrai que les disciples Tidjani affirment que le statut de la Djaouharatou-l-Kamel est plus important que celui du Saint Coran ?
     
    Réponse :
     
    Cette affirmation est fausse, il est incontestable que le statut du Coran est plus important que celui de Djaouharatou-l-Kamel et cela pour trois raisons principales :
     
    1. Le Coran est la parole de l'Essence Divine, par suite, elle est donc la plus importante forme de dhikr.
    Seïdina Ahmed Tidjani t a dit dans Djawahirou-l-Ma’ani : « La prééminence du Coran sur toutes autres paroles d'évocations et formules de prière sur le Prophète (PSL) est plus éclatante que le soleil. Il est fait cas de cet éclat dans les principes même de la Char'ia. »
     
    2. La condition de purification exclusivement par l'eau pour pouvoir réciter cette prière n'induit pas la supériorité de Djaouharatou-l-Kamel sur le Coran car le particularisme n'implique pas forcément la supériorité. On peut confronter à titre d'illustration deux hadith prophétique, l'un est celui où la mère des croyants 'Aïcha t a rapporté que le Prophète (PSL) a dit : « Je vous assure que je vois les diables, qu'ils soient de l'espèce des Djinn ou de l'espèce humaine, prendre la fuite devant 'Omar. »
     
    Quant à l'autre il s'agit du hadith où le Prophète (PSL) déclare à ses compagnons que la nuit dernière un démon s'est jeté sur lui alors qu'il priait, puis le Prophète (PSL) l'a terrassé et ligoté avant de le libérer. Est-ce que cela voudrait donc dire que 'Omar t est supérieure au Prophète (PSL) car les démons n'osent pas s'approcher de 'Omar t mais un d'entre eux n'a pas hésiter à s'attaquer au Prophète r. Loin de nous cette pensée, il s'agit là seulement de particularité qui n'implique en rien la supériorité. Ainsi pour tel compagnon le Trône d'Allah a tremblé à sa mort, pour tel autre se sont les anges qui ont fait son lavage mortuaire, pour tout un groupe de compagnons Allah leur a donner le prodige de marcher sur l'eau et le prophète Mohammed (PSL) n'était pas avec eux, alors que le prophète Moussa u et son peuple ont dû traverser la mer avec le contact de la terre ferme.
     
    Les exemples de particularités abondent et Allah fait certes ce qu'Il veut sans que personne ne soit en droit de lui en demander la raison.
     
    3. Comment pourrait-on prétendre que Djaouharatou-l-Kamel est supérieur au Coran alors que celle-ci a un équivalent qui est la récitation de vingt Salat Fatihi alors que le Coran lui n'a aucun équivalent et rien ne peut le remplacer. Cette différence réfute donc cette accusation tout en sachant qu'Allah met sévèrement en garde celui qui délaisse le Coran.
     
    Traduction et commentaires de la Zaouiya Tidjaniya El Koubra d'Europe, extraits tirés du livre Djawahirou-l-Ma'ani et des écrits de Cheikh Mohamed El Hafidh, qu'Allah lui fasse miséricorde.



    votre commentaire

  • Seïdina Cheikh Ahmed Tidjani a reçut des secrets dont profitent tous les disciples même les novices, il s'agit entre autre des deux prières sur le Prophète r : La Salât Fatihi et la Djaouharatou-l-Kamal (perle de la perfection), renfermant de grands secrets et le nom suprême d'Allah( Ismou llah el A'dham). 
    Nous allons voir ici ce qui concerne la prière Djaouharatou-l-Kamal . 
    Avant tout il faut savoir qu'elle fait partie des formules traditionnelles optionnelles particulières qui sont réservées à des personnes particulières et non pas des formules générales exigées à l'ensemble de la communauté. 
    Il est rapporté dans le livre Djawahirou-l-Ma'ani que cette prière a été dicté par le Prophète r à Seïdina Ahmed Tidjani t. 
    Sidi Hajj 'Ali Harazim t a interrogé Seïdina t sur ce dont nous informe le Prophète r après sa mort, est-ce le même statut que pour ce dont il nous a informé de son vivant ? 
    Seïdina Ahmed Tidjani t a répondu qu'en ce qui concerne les affaires communes à toute la communauté cela a été exposé et a été comblé une fois pour toute par la mort du Prophète r. Par contre il subsiste les affaires particulières que le Prophète r transmet à des particuliers que ce soit de son vivant comme après sa mort et cela ne s'interrompt jamais. Quant à celui qui s'imagine que toute l'irrigation prophétique envers sa communauté s'est interrompu par sa mort comme à l'instar de l'ensemble des autres morts, c'est qu'il est ignorant de son degré et il n'a pas fait preuve du respect incombant au Prophète r. 
    Pour celui-là on craint qu'il ne meure mécréant s'il ne se repent pas d'une telle croyance et on cherche protection auprès de celui qui fait clémence à ses serviteurs. (cf. texte sur la vision du Prophète r à l'état de veille.) 
    La perle de la perfection fait partie de ce que notre très saint Prophète r a dicté à Seïdina Ahmed Tidjani t lui évoquant certaines de ses particularités (cf. Les conditions de la Tariqa Tidjaniya- conditions n°13) et de ses mérites : 

    - L'évocation d'une fois la Djaouharatou-l-kamel équivaut en récompense à trois fois la glorification du monde entier. 

    - Celui qui la récite de sept fois à plus, alors l'esprit bénie du Prophète r et des quatre Khalifes t viennent en sa présence tant qu'il l'évoque. 

    - Celui qui la récite régulièrement plus de sept fois alors le Prophète r l'aimera d'un amour particulier et il ne mourra qu'en étant un wali. 

    - Celui qui la récite sept fois avant de dormir mais dans une pureté complète, sur un lit (une couche) propre, celui-ci verra le Prophète r. 

    La Perle de la Perfection 

    « Ô mon Dieu, répands tes grâces et accorde le salut à la source de la Miséricorde Divine {1} et au diamant étincelant versé indéfiniment dans la vérité {2}. Celui qui est au centre de toutes formes de compréhensions et de significations. Il est la lumière des êtres en cours de formation humaine, il possède la Vérité Divine tel l'éclair immense traversant les nuages précurseurs de la pluie bienfaisante {3} des Miséricordes Divines, qui emplissent sur leur chemin aussi bien les grandes étendues d'eau que les petites {4}. Il est Ta lumière brillante qui s'étend sur toute l'existence et l'englobe dans tous ses lieux {5}. 
    Ô mon Dieu, répands tes grâces et accorde le salut à la source de la Vérité {6}qui est à l'origine des connaissances les plus justes {7}, tel ton sentier parfaitement droit {8} par lequel se manifestent les majestueuses Réalités. 
    Ô mon Dieu, répands tes grâces et accorde ton salut à la manifestation de la Vérité par la Vérité {9}, au trésor le plus sublime {10}, au flux venant de toi et retournant vers toi {11}, et à la quintessence des lumières dissimulées à toute connaissance {12}. 
    Que Dieu répande ses grâces sur lui et sur sa famille, grâces par lesquelles, Ô mon Dieu, Tu nous le feras connaître. » 

    EXPLICATION DE LA PERLE 

    La source de la Miséricorde Divine ('aïn rahmati rabbaniyati) 
    Si on prend l'exemple d'une source d'irrigation dans laquelle se déverse le flux Divin, tous ceux à qui Allah a décrété le breuvage s'abreuvent de ce flux. 
    En conséquence tu comprends la signification de la parole prophétique qui dit : 
    "Je ne suis qu'un répartiteur et le véritable donateur est Allah." 
    Et la parole d'Allah qui dit : 
    " Certainement nous t'avons envoyé comme miséricorde pour les mondes." (sourate 21;verset 107) 

    Le diamant étincelant versé indéfiniment dans la Vérité (al yaqoutati-l-moutahaqiqati) 
    Comme il est une évidence que certains métaux en dépassent d'autres en valeur, le diamant est une pierre précieuse qui dépasse en estime toutes autres pierres non précieuses, les hommes se différencient les uns par rapport aux autres de la même sorte. 
    Le cas du Prophète r est celui d'un serviteur créé qu' Allah a honoré et ennobli par des dons immenses. La connaissance de la mort est une science certaine, la vision d'un mourant est une vision avec l'il de la certitude et enfin la mort est la véritable certitude car nous réalisons son goût. 
    Le prophète r est arrivé au summum de toutes connaissances et grâces. Il détient la science des premiers et des derniers par l'enseignement d'Allah. Ainsi sa science est au-delà de toute limite, car il possède l'essence de la compréhension et du savoir. 
    Il est certainement la lumière de la Vérité par laquelle Allah dévoile les ténèbres qui obscurcissent les coeurs. Ce dévoilement se réalise par la lumière qu'il a révélé et par l'amour qu'on lui voue, car cela est une guérison pour les coeurs. 
    La lumière de la Vérité désigne la Lumière Mohammedienne qui est à l'origine de toute la création elle est certainement parfaite et pure de toute souillure. A ce sujet on rapporte un hadith de Jaber t dans lequel il dit : 
    « Ô messager d'Allah, informe-moi au sujet de la première chose qu'Allah a créé ? » 
    Le Prophète r a répondu : 
    « Ô Jaber, Allah a créé avant toute chose la lumière de ton Prophète de sa propre lumière. » 
    A cause de l'esprit du Prophète r, Dieu a honoré les esprits et à cause de son humanité, Dieu a honoré les hommes même s'il n'est qu'un serviteur créé. 

    L'éclair immense traversant les nuages précurseurs de la pluie bienfaisante 
    (al barqi-l-asta'i bi mouzouni-l-arbahi) 
    C'est-à-dire, les nuages remplient de profit, accordant à chaque degré ce qu'il mérite en tant que dons. 

    Emplissant sur leur chemin aussi bien les grandes étendues d'eau que les petites. (al mali-ati li koulli mouta'aridin mina-l-bouhouri wa-l-awani) 
    Les grandes étendues d'eau (al bouhouri) symbolisent les cours des grands Connaissants de Dieu. 
    Les petites étendues d'eau (al awani) symbolisent les saints ainsi, la lumière Mohammedienne avec tout ce qu'elle contient en tant qu'eaux, secrets, flux, théophanies, savoirs et connaissances, irriguent les cœurs des grands Pôles, des Connaissants et des saints. 

    Il est ta lumière brillante qui s'étend sur toute l'existence et l'englobe dans tous ces lieux (wa nourika-l-lami'i ladhi mala-ta kaounaka-l-haita ba amkinati-l-makani) 
    Le prophète r transcende de loin tous les degrés des créatures. 
    Ainsi il concrétise la servitude particulière puisqu'il a accès à la Présence de la Singularité (Al Hadratou Al Fardaniyati) 
    Cette Présence lui permet la plus grande proximité avec son Seigneur. Ce privilège est réservé exclusivement à sa personne. 

    Source de la Vérité ('aïni-l-Haqqi) 
    Dieu ne déverse dans cette source que la Vérité pure de laquelle se ramifie les véracités. De cette source toutes les créatures tirent leurs breuvages ; Puis certainement le croyant exclut à son Seigneur tous ce qui ne lui est pas digne. 

    Origine des connaissances les plus justes ('aïni-l-ma’arifi al aqwam) 
    La source de la rectitude la plus parfaite. 

    Ton sentier parfaitement droit (siratika tammi-l-asqam) 
    C'est-à-dire ton chemin parfaitement juste et dépourvu de toutes déviances. 
    ASQAM appartient à un registre linguistique rare, SAQAMA ; YASQOUMOU a le même schème et la même signification que 'ADALA ; YA'DILOU. 
    Quand les arabes disent SAQAMTA , ils veulent dire que tu as adopté une attitude juste, cette expression est encore d'usage auprès des arabes du maghreb. 
    Cependant ASQAM ne découle pas des schèmes SAQIMA et SAQOUMA qui veulent dire « être souffrant » car certains se sont trompés en estimant que ASQAM provient de malade. 
    Même si la maladie n'est guère une faiblesse pour les prophètes u Allah dit à propos de Jonas u : 
    « Nous l'avons éprouvé dans la nudité et la maladie. » 
    Et il est rapporté dans un hadith authentique du Sahih de Boukhari que le Prophète r a dit : « Certainement je souffre comme deux personnes parmi vous. » 
    Ainsi il se révèle que sa grande maladie est une perfection. 
    Ô mon Seigneur, prie sur celui dont tous les états sont excellences même la rudesse de la maladie car il y a en cela une leçon de courage pour ceux qui souffrent au sein de la communauté Mohammedienne. 
    Pourtant ce n'est pas le sens escompté dans cette prière car AL ASQAM veut dire « le plus juste. » 

    La manifestation de la Vérité (tal'ati-l-haqqi) 
    Celui que Dieu a embelli par les qualités de la perfection tel que cela est concevable pour la création. Enfin Dieu est certainement son allié. 

    Le trésor le plus sublime (al kanzi-l-a'dham) 
    L'essence des secrets particuliers. 

    Le flux venant de Toi et retournant à Toi (ifadatika minka ilaïka) 
    Le Prophète r est créé pur de toute imperfection, ses agissements sont exclusivement en vue de son Seigneur, dans tous les états. 

    La quintessence des lumières dissimulées à toute connaissance 
    (ihatati-l-nouri al moutalsam) 
    Celui dont la station n'est connue que de Dieu seul, il détient les sciences des premiers et des derniers, il est certainement la créature qui craint le plus Allah. 
    « Craignez Allah et Allah vous enseignera. » 
    MOUTALSAM : Ce mot trouve sa racine linguistique dans TARSAMA, tel qu’il est rapporté dans Lisan al 'Arab, et cela veut dire Cacher. 
    Tarsama al tariqa : signifie cacher la voie. 
    Tarsama a-rajlou : signifie l'homme a baissé sa tête. 
    Quand au mot TALSAM il a le même sens. 
    Al Moutalsam veut dire le caché, celui qui est arrivé à un degré très élevé et inaccessible, c'est pour cette raison que le Prophète r dans son excellence parfaite est dissimulé à la connaissance de la création. 

    POINT A ECLAIRCIR 

    QUESTION : 
    Est-il vrai que les disciples Tidjani affirment que le statut de la Djaouharatou-l-Kamel est plus important que celui du Saint Coran ? 
    REPONSE : 
    Cette affirmation est fausse, il est incontestable que le statut du Coran est plus important que celui de Djaouharatou-l-Kamel et cela pour trois raisons principales: 

    Le Coran est la parole de l'Essence Divine, par suite, elle est donc la plus importante forme de dhikr. 
    Seïdina Ahmed Tidjani t a dit dans Djawahirou-l-Ma’ani : 
    « La prééminence du Coran sur toutes autres paroles d'évocations et formules de prière sur le Prophète r est plus éclatante que le soleil. Il est fait cas de cet éclat dans les principes même de la Char'ia. » 

    {2} La condition de purification exclusivement par l'eau pour pouvoir réciter cette prière n'induit pas la supériorité de Djaouharatou-l-Kamel sur le Coran car le particularisme n'implique pas forcément la supériorité. 
    On peut confronter à titre d'illustration deux hadith prophétique, l'un est celui où la mère des croyants 'Aïcha t a rapporté que le Prophète r a dit : 
    « Je vous assure que je vois les diables, qu'ils soient de l'espèce des Djinn ou de l'espèce humaine, prendre la fuite devant 'Omar. » 
    Quant à l'autre il s'agit du hadith où le Prophète r déclare à ses compagnons que la nuit dernière un démon s'est jeté sur lui alors qu'il priait, puis le Prophète r l'a terrassé et ligoté avant de le libérer. Est-ce que cela voudrait donc dire que 'Omar t est supérieure au Prophète r car les démons n'osent pas s'approcher de 'Omar t mais un d'entre eux n'a pas hésiter à s'attaquer au Prophète r. Loin de nous cette pensée, il s'agit là seulement de particularité qui n'implique en rien la supériorité. Ainsi pour tel compagnon le Trône d'Allah a tremblé à sa mort, pour tel autre se sont les anges qui ont fait son lavage mortuaire, pour tout un groupe de compagnons Allah leur a donner le prodige de marcher sur l'eau et le prophète Mohammed r n'était pas avec eux, alors que le prophète Moussa u et son peuple ont dû traverser la mer avec le contact de la terre ferme. 
    Les exemples de particularités abondent et Allah fait certes ce qu'Il veut sans que personne ne soit en droit de lui en demander la raison. 

    Comment pourrait-on prétendre que Djaouharatou-l-Kamel est supérieur au Coran alors que celle-ci a un équivalent qui est la récitation de vingt Salat Fatihi alors que le Coran lui n'a aucun équivalent et rien ne peut le remplacer. Cette différence réfute donc cette accusation tout en sachant qu'Allah met sévèrement en garde celui qui délaisse le Coran. 

    Traduction et commentaires de la Zaouiya Tidjaniya El Koubra d'Europe, extraits tirés du livre Djawahirou-l-Ma'ani et des écrits de Cheikh Mohamed El Hafidh, qu'Allah lui fasse miséricorde. 
    Tiré de: www.tidjaniya.com
    [/COLOR]


    votre commentaire
  • BAYE NIASSE et le WIRD TIDIANE

    Publié le 20/10/2006 à 12:00 par nouroufaydatou
    BAYE NIASSE et le WIRD TIDIANE
    EL HADJ IBRAHIMA NIASSE


    Cheikh al-Islam El Hadji Ibrahima ibn Abd Allah at-Tidjani al-Khawlakhi était un des principaux leaders de l'ordre soufi tidjane en Afrique Occidentale.Il est aussi appelé par ses disciples sous le nom de Baye (pére en wolof).Il est le fondateur de la branche Ibrahimiyyah de la Tidjaniyya dont les adhérents se désignent comme les gens de la "Faydhah Tidjaniyya". Les non-adhérents appellent souvent ses disciples "Niassénes"qui signifie en wolof"ceux qui appartiennentà la famille Niasse"bien que ses disciplesne se reconnaissent pas comme telle. Aprés la mort de son ére à Leona Niasséne en 1922, son frére ainé Muhammad al-Khalifa devient calife.Mais grace à son charisme et à ses connaissances précoces,Ibrahim gagne de nombreux disciples, ce qui améne de des tensions entre ses talibés et ceux de son frére.En 1929,le jeune Ibrahim déclare que le prophéte Muhammad(P.S.L.)lui a enseigné les serets de la connaissance de Dieu et que quiconque souhaiterait les savoir devrait passer par lui.En 1930 aprés la priére de l'Aid El Fitr, une bataille a lieu entre ses talibes et ceux de son frére.C'est à ce moment qu'il sut qu'il devait s'exiler. Ce soir-là,il partit avec ses amis proches pour trouver un foyer.Le jour suivant,ils commencérent à établir une nouvelle zawiyya à Médina Baye.En 1945,il retourna à sa maison paternelle,dans son village natal,pour reconstruire etréorganiser le village aprés qu'un incendie eut presque tout détruit. Son aura se répandit alors rapidement dans tout le payset la plupart des disciples de son pére se ralliérent à lui²en dépit de son statut de benjamin de la famille.Plusieurs leaders de la tribu Idaw 'Ali,tribu qui amena la Tidjaniyya en Afrique de l'Ouest,devinrent ses disciples y compris Chaykhani,Muhammad an-Nawi et Muhammad al-Misri. Dans les années 1940,aprés avoir rencontré l'émir de Kano à La Mecque,il gagna l'allégeance de préeminents leaders tidjanes du Nigeria.Il devint un leader écoutéchez les Haoussas.Il obtint plus de talibés à l'extérieur qu'à l'intérieur du Sénégal. Aprés sa mort,la communauté fut dirigée par son disciple et gendre Aliou Cissé et son fils Abd Allah Ibrahim Niasse.L'actuel calife de Médina Baye est Ahmadou Niasse(appelé Baye Dame)et l'actuel imam de la grande Mosquée est Assane Cisséqui est sans doute l'imam tidjane le plus célébre actuellement dans le monde. 

    La ville de Kaolack ets devenu une ville sainte pour les Tidjanes et lieu de pelerinage 

    Sa Légende: 

    Sa mère, Sokhna Astou Diankha aurait eu un reve lorsqu'elle etait enceinte de Baye Niasse, un reve dont l'objet était la délivrance du futur Cheikh al-Islam. Elle en parla à son mari qui lui dit de n'en parler à personne. 

    Sa descendance: 

    Abd Allah Ibrahim 
    Ahmadou Ibrahim 
    Mouhammadou Lamine (Baba Lamine)
    Mouhammadou Moctar 
    Mouhammadou Moustapha 
    Mouhammadou Mahhi 
    Saida Mariama 
    Fatimata Zahra 
    Aishatou 
    Une rumeur persistante dit qu'il aurait eu 75 enfants. 

    Son œuvre littéraire:

    • Rouhoul Adab, écrit à l'age de 21 an français 
    • Tahni'atou Rabih, ou Nostalgie du mois de Rabi': le mois de naissance du Prophete de l'Islam Mahomet ou Muhammad Taniyyatou ou Eloges du mois de l'anniversaire du Prophète 
    • Noujoumoul Houda,démonstration que le Prophet Mahomet est la meilleur creature d'Allah avec Coran et Hadiths à l'appui. 
    • Tanbihoul Azkiyya, démonstration que le Saint Cheikh Ahmed Tijane est le Sceau des Saints de tous les temps avec paroles des saints antèrieurs sur ce sujet. 
    • Rafhoul Malam, démonstration sur le fait de prier avec les mains sur la poitrine avec une mention spéciale sur ce phènomène qui est l'acte le plus sûr avec Coran et Hadiths à l'appui. 
    • Seyroul Qalb, dernier poème écrit par le Cheikh Al Islam Hajj Ibrahim Niass At-Tijani Al Kawlakhi As-Senghali 
    • Kaashifoul Ilbass,Œuvre sur l'obligation de suivre le detenteur de la Gnose Spirituelle et éclaircissement sur les points sombres des paroles soufies antèrieures. 
    • Dawawina Sitta,recueil de six diwans sur l'éloge du Prophete,de Cheikh Ahmed Tijan ,de ses muqaddams,conseils et enigmes soufis destinés aux disciples versés dans la marifa. 
    • Djamihoul Djawamihou ,recueil de poèmes pareils au dernier sur l'éloge du Prophete,de Cheikh Ahmed Tijan ,de ses muqaddams,conseils et enigmes soufis destinés aux disciples versés dans la marifa. 
    • Rihlatoul Konakri,poème sur son voyage à travers la sous-région: Guinée,Sierra Leone,Liberia,Ghana,Nigeria pour propager l'Islam et la voie Tijane et inviter les grands saints de cette sous région à boira la liqueur de la connaissance divine. 
    • Djawahirou assa'il,structuration pareile à Djawahiroul Mahani : missives,réponses à des correspondanceS,khoutoub,explications de certains versets,hadiths et paroles soufies,litanies... 
    • De nombreux ouvrages de polémique et d'apologie défensive. 


    LE WIRD TIDIANE



    Lâzim
    Aoûzou Billâhi minach-Cheytâni Rajimi ( 1 fois ).
    1 - La Fatihatil Kitabi
    2- Astaghfiroullah ( 100 fois ).
    3- Çalâtoul Fâtîhi ( 100 fois ).
    Allahoumma çalli alâ Seyyidina Mohammed Al Fatihi Lima Oughliqa wal khatimilima Sabaqa Naçiril haqq bil haqqi wal khadi ila çiratikal Moustaquim wa alâ alihi haqqa qadrihi wa miqdarihil Azim.

    SouBhâna Rabbika Rabbil Izzatî Ammâ yaçifouna wa salâmoune alal Moursalîna wal Hamdoulilahi Rabbil Âlamine ( 1 fois ).

    4- Lâ Ilâha Illah Lâ ( 100 fois ).
    Sayyidouna Mouhammadou Rassoûloullahi Aleyhi salâmoul-Lâhi

    Innallâha wa malâ-Ikatahou youçallouna Âla Nabi yâ ayyouhal Lazîna Âmanou çallou Aleyhi wa sallimoû Taslimane.
    Çallallâhou ta alâ aleyhi wa alâ alihi wa çahbihi wa sallama tasliman.
    SouBhâna Rabbika Rabbil Izzatî Ammâ yaçifouna wa salâmoune alal Moursalîna wal Hamdoulilahi Rabbil Âlamine

    WAZIFA
    Aoûzou Billâhi minach-cheytâni Rajimi ( 1 fois ).
    1- La Fatihatal Kitabi
    2- Astaghfiroullâh al azimal-lazî Lâ illâha Ilâ houwal hayyoul 
    qayyoûm ( 30 fois ).
    3- Çalâtoul Fâtîhi ( 50 fois ). 
    Allahoumma çalli alâ Seyyidina Mohammed Al Fatihi Lima Oughliqa wal khatimilima Sabaqa Naçiril haqq bil haqqi wal khadi ila çiratikal Moustaquim wa alâ alihi haqqa qadrihi wa miqdarihil Azim.

    SouBhâna Rabbika Rabbil Izzatî Ammâ yaçifouna wa salâmoune alal 
    Moursalîna wal Hamdoulilahi Rabbil Âlamine. 

    4- Lâ Ilâha Illah Lâ ( 100 fois ).

    Sayyidouna Mouhammadou Rassoûloullahi Aleyhi salâmoul-Lâhi
    5- Diawaratoul kamal ou « Perle de la Perfection » (12).



    Diawaratoul kamal ou « Perle de la Perfection »

    Allâhouma çalli wa sallim hala haïni rahmati rabbâniyati wal yakhoûtatil moutahakhihatil. Hâ-itati 
    bimarkazil fahoûmi wal mahâni wa noûril akwanil moutakawinatil âdamiyi sâhibil hakhi rabbâni al barkhil astâhi bimouzounil arbâhil mali-ati li koulli moutahardine minal bouhoûri wal awâni wa noûri kallâmihi lazî malakta bihî kawnakal ha-ita bi amkinatil makâni.
    Allâhouma çalli wa sallim halâ haïnil hakhi lati tatadialâ mine hâ houroûchoul hakhâ-ikhi haïnil maharifil akhwami sirâtika tâm mine askham.
    Allâhouma çalli wa sallim halâ talhatil hakh bil hakh al kanzil ahzane ifâdatika mineka ilaïka ihâtati nouril moutalsame. Çalla lâhou halaïhi wa halâ âlihi salâtane touharifoûna bihâ iyâhou.

    Innallâha wa malâ-Ikatahou youçallouna Âla Nabi yâ ayyouhal Lazîna Âmanou çallou Aleyhi wa sallimoû Taslimane.
    Çallallâhou ta alâ aleyhi wa alâ alihi wa çahbihi wa sallama tasliman.
    SouBhâna Rabbika Rabbil Izzatî Ammâ yaçifouna wa salâmoune alal Moursalîna wal Hamdoulilahi Rabbil Âlamine

    Hadratoul Jumua
    Formuler l’intention.
    1- Aoûzou Billâhi minach-Cheytâni Rajimi ( 1 fois ).
    2- La Fitihatal Kitabi
    3- Astaghfiroullâh al azimal-lazî Lâ illâha Ilâ houwal hayyoul 
    Qayyoûm ( 3 fois ).
    4- çalâtoul Fâtîhi ( 3 fois ). 
    SouBhâna Rabbika Rabbil Izzatî Ammâ yaçifouna wa salâmoune alal Moursalîna wal Hamdoulilahi Rabbil Âlamine. 
    5- Lâ Ilâha Illah Lâ ( 1000 fois ).
    Sayyidouna Mouhammadou Rassoûloullahi Aleyhi salâmoul-Lâhi
    6- Aoûzou Billâhi minach-Cheytâni Rajimi ( 1 fois ).
    7- La Fitihatal Kitabi 
    8 - Çalâtoul Fâtîhi ( 3 fois ).

    Innallâha wa malâ-Ikatahou youçallouna Âla Nabi yâ ayyouhal Lazîna Âmanou çallou Aleyhi wa sallimoû Taslimane.
    Çallallâhou ta alâ aleyhi wa alâ alihi wa çahbihi wa sallama tasliman.
    SouBhâna Rabbika Rabbil Izzatî Ammâ yaçifouna wa salâmoune alal Moursalîna wal Hamdoulilahi Rabbil Âlamine . 


    votre commentaire
  • Dans l'introduction de son éloge panégyrique sur Mahomet, imprimé pour la première fois à Ibadan au Nigeria, Baye Niass décrit sa lignée :

    1. fils de Abdallah
    2. fils de Seyyidi Muhammad
    3. fils de Mademba
    4. fils de Bakary
    5. fils de Muhammad Al Amin
    6. fils de Samba
    7. fils de Rida
    8. fils de Chamsou Dine Missina
    9. fils de Ahmad
    10. fils de Abiboullah
    11. fils de Baba
    12. fils de Ibrahima
    13. fils de As-Siddiq
    14. fils de Ibn Naafiah
    15. fils de Qays
    16. fils de 'Aqil
    17. fils de Amr.

    Leur origine sénégalaise provient du mariage entre Rida (migrant arabe)et une femme du Djolof Djéla Niass, de laquelle ils ont tous hérité ce nom de famille sénégalais.

    Son œuvre littéraire[modifier]

    Il a écrit un total de 75 œuvres qui dans la plupart sont traduites dans plusieurs langues, notamment :

    • Rouhoul Adab, écrit à l'âge de 21 ans
    • Noujoumoul Houda, panégyrique sur Mahomet.
    • Tanbihoul Azkiyya, panégyrique sur Ahmed Tijane.
    • Rafhoul Malam, invitation à prier avec les mains sur la poitrine.
    • Kaashifoul Ilbass, précisions sur les paroles soufies antérieures.
    • Dawawina Sitta, recueil de six diwans sur l'éloge à Mahomet, de Ahmed Tijan, de ses muqaddams, conseils et énigmes soufis destinés aux disciples.
    • Djamihoul Djawamihou , recueil de poèmes pareils au précédent sur l'éloge à Mahomet, de Ahmed Tijane, conseils et énigmes soufis destinés aux disciples.
    • Rihlatoul Konakri, poème sur son voyage à travers la sous-région : GuinéeSierra LeoneLiberiaGhanaNigeria pour propager l'islam tidjane.
    • Djawahirou assa'il, missives, réponses à des correspondances, explications de certains versets, hadiths et paroles soufies, litanies.
    • Sirou Akbar (« le plus grand secret ») un des livres les plus ésotériques de Baye Niass.
    • Seyroul Qalb, dernier poème écrit par Baye Niass.

    Articles annexes[modifier]

    Liens externes[modifier]

    Bibliographie[modifier]

    • Djibril Guèye, Cheikh Al Islam El Hadj Ibrahima Niass le Mystique (1900-1975) ou l’école de formation spirituelle de Niassène, Dakar, Université de Dakar, 1983, 151 p.  (mémoire de maîtrise)
    • Ahmadou Mokhtar Ba, Cheikh Ibrahima Niass, savant et homme d’action, Dakar, Université de Dakar, 1983, 85 p.  + table. (mémoire de maîtrise)
    • Cheikh Mohamed Mahdy Ibrahima Niass, "Le défenseur de L'islam"

    votre commentaire


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique